Fondation CBRD-Found.® © Tous droits réservés.  Politique de confidentialité | CGV

NAF/APE 7219Z (Recherches & Développements en Sciences Physiques et Naturelles) - Siren 323.916.999.00010

European Homologation Architect 85/384 NIE 2052968b

INFO FONDATEUR VF

Des Garanties Financières Sérieuses et irrévocables sont obligatoires,

comme la signature du Contrat de Confidentialité

NOTA : Pour utilisation correcte du site, veuillez annuler le blocage des « plug-in ».

Fondation

Avec les technologies du "Triptyque technologique cohérent" du physicien Jean-Pierre J. BRUNEAU, il est possible de concrètement protéger la planète, créer des emplois, et relancer sainement l'économie en produisant deux énergies propres et indéfiniment renouvelables. OBLIGEZ VOS RESPONSABLES ADMINISTRATIFS ET POLITIQUES à réellement agir pour votre intérêt public général !
English version page

D’aucuns ont profité des incompétences notoires en les réalités physiques d’individus du milieu politique comme de hautes administrations pour promouvoir de consternant non-sens techniques à contrario de toute durabilité et des démarches prétendues de protection de l’environnement. Après COPENHAGUE, PARIS en décembre 2015. De coûteuses réunions en lesquelles les intérêts publics nationaux comme internationaux sont ignorés comme les nécessités impératives de protection de l’environnement par les RESPONSABLES POLITIQUES COMME LES HAUTS FONCTIONNAIRES, ceci alors qu’il est fait obstruction au « TRIPTYQUE TECHNOLOGIQUES COHÉRENT » !


Exemples :


La voiture électrique utilise des moteurs électriques alimentés par batteries. Les batteries au LITHIUM ont, en l’état, une durée de vie de seulement deux ans. Passé ce délai, la tenue en charge se réduit de façon considérable. Passé ce délai, ces batteries représentent une pollution de soixante ans. Par ailleurs, l’autonomie de distance parcourue est très limitée et sera au mieux de 100 km, et encore, de jour et en été. Car de nuit et en hiver il y a la consommation d’électricité pour l’éclairage et le chauffage. Ce performances sont donc très loin des 800 à 1.000 km d’autonomie des véhicules à moteurs à exposions.


Les batteries doivent être rechargée. Pour se faire, deux solutions sont envisagées ; mais les deux posent un problème. Sur l’essentiel :


  1. Solution générale : BORNES DE RECHARGEMENT. Compte tenu de la limitation en kilométrage de ces véhicules, soit ils sont limités en zone urbaine (ce qui n’est pas économiquement viable pour les ménages, surtout en période de crise économique, en sus du fait qu’il faut un lieu de stationnement).


Sur le territoire français, il faudrait un maillage minimum de 80.000 points de rechargement avec plusieurs bornes, sachant qu’il faut 24 heures pour un rechargement classique, et 3 heures pour un rechargement rapide. A noter que le rechargement rapide réduit de façon significative la durée de vie des batteries.


  1. Solution proposée par le groupe DASSAULT France (celui qui construit des avions invendables sans subventions de l’État français) : REMPLACEMENT DE LA BATTERIE VIDE CONTRE UNE BATTERIE CHARGÉE. Cette solution implique d’avoir le même nombre de points de distribution, soit 80.000 points.


Il faut de plus que le standard des batteries soit le même pour tous les types de véhicules de même catégories et qu’il y en ait un stock suffisant de chaque catégorie à chaque point de distribution. Autant dire qu’il s’agit là d’une vue de l’esprit qui ne sera jamais une réalité économique viable, car dans les points les moins fréquentés il y aura un surcoût de maintenance en charge des batteries.


DANS LES DEUX CAS, l’énergie électrique doit être produite, et ce ne sont pas les solutions éoliennes classiques (produisant quand il y a du vent et non quand il y a le besoin d’électricité) qui peuvent donc produire cet électricité. L’électricité ne peut donc être produites que par des centrales nucléaire dont l’énergie est importée pour la France et crée partout des déchets nucléaires actifs sur une très longue durée et des réserves qui s’épuisent, situées de plus en zones instables politiquement.


La voiture hybride recharge ses batteries avec l’énergie pétrolière (essence rendement 33%, gasoil rendement 43%) ou GPL (rendement 27%). L’argument de la récupération de l’énergie cinétique comme source d’énergie propre non polluante est quelque peu farfelue et digne de la tromperie publique d’énarques. En effet, cette énergie cinétique est produite par l’énergie du moteur à explosion classique.


C’est par ailleurs oublier un peu vite cette réalité physique qui fait que toute transformation d’énergie consomme de l’énergie. Mais déjà, l’ensemble du matériel électrique est une charge dont l’inertie consomme de l’énergie.


Nous répondons aussi aux ingénieurs commerciaux des différents constructeurs automobiles ayant curieusement tous ce même discours quelque peu éloigné des réalités physiques. Ceux-ci, à cours d’arguties chaque fois démontrés farfelus, ont alors donné ce qu’ils croyaient être un argument majeur: il est récupéré l’énergie cinétique du véhicule lorsque celui-ci descend une pente. À ceci nous leur avons simplement répondu qu’en premier lieu il fallait que la pente existe. Qu’en second lieu il fallait que le véhicule soit en haut de la pente. Enfin la question est de savoir quelle énergie a mené le véhicule en haut de la pente ?


L’utilisation des systèmes de motorisation électrique ajoute donc des pertes d’énergie supplémentaires abaissant le rendement des moteurs à explosions lors de leur utilisation, par des pertes au niveau du générateur électrique, des pertes dans les conducteurs électriques et les régulateurs, des pertes dans les moteurs électriques. Dès lors les réalités physiques mathématiques démontrent que le rendement global de ces véhicules lors de l’utilisation de leur(s) moteur(s) électrique(s) est inférieur à 33% pour les véhicules à moteurs à essence, inférieur à 43% pour les véhicules à moteurs diesel, inférieur à 27% pour les moteurs GPL. La pollution de chacun est donc augmentée d’autant pour chacun.


Cette démonstration simple montre l’étendue de l’escroquerie publique en ajoutant des taxes abusives aux utilisateurs de moteurs à explosions classiques.


Par contre, face à ces non-sens techniques et économiques, les éléments du « TRIPTYQUE TECHNOLOGIQUE COHÉRENT » composé de la « Technologie des éolienne BRD ® à axe vertical » produisant sans pollution, et en continu suivant le besoin, deux énergies propres (électricité et hydrogène) indéfiniment renouvelables. La « Technologie du moteur dynamique ® » permettant le reconditionnement des moteurs classiques à pistons en les rendant non-polluants. Il s’agit d’une évolution modulable pour être économiquement accessibles aux ménages. La « Technologie des Turbopropulseurs dynamiques ® » destinés à l’aviation en remplacement des réacteurs en permettant une pollution zéro, moins de bruit, et plus de poussée. Elle permet de plus à nouveau un accès aux vols supersoniques de longs courriers commerciaux.



Vous pouvez accéder à ces technologies par le menu en tête, ou les boutons ci-dessous :

Le « TRIPTYQUE TECHNOLOGIQUE COHÉRENT » est une réponse physique et économique aux nécessités réelle de protection de la planète dans un contexte économique de crise.


Il a été conçu par le physicien Jean-Pierre J. BRUNEAU en tenant compte de paramètres physiques permettant d’obtenir une réponse répétitive et certaine dans les applications techniques avec une cohérence totale, y compris avec les paramètres économiques de rentabilité comprenant une protection sociale des acteurs avec leur « CAPITAL TRAVAIL ».

COPENHAGEN L’escroquerie publique des responsables politiques!